Paul RASTOCLE

Tanbouyé. Ancien ouvrier charpentier à la Mairie de Sainte-Marie, Paul Rastocle est né en janvier 1932 à Lassalle, Sainte-Marie.

Il avait un peu plus de 13 ans, lorsqu’en compagnie de son frère Benoît, il s’est pris d’intérêt pour le bèlè qui n’était pas une tradition familiale bien qu’Eugène son frère aîné, ait épousé Carmélite Hilaricus, une danseuse et chanteuse de renom.

En l’absence d’un parent plus âgé pour lui dévoiler les arcanes du tambour de bèlè, c’est l’excellent tanbouyé Anasthase «Féfé» Marolany qui lui a servi de modèle. En l’observant, Paul Rastocle a également repris tous les particularismes de son jeu, y compris la façon d’utiliser les mains sur le tambour bèlè.

En effet Paul Rastocle est droitier alors que Féfé Marolany était gaucher. Toutefois, comme le faisait Féfé Marolany, c’est la main droite de Paul Rastocle qui ‘frappe’ (traduit les mouvements des danseurs en séquences rythmiques) tandis que la gauche ‘roule’ le rythme de base.

Sur les traces de Féfé Marolany, Paul Rastocle a beaucoup joué du damyé dans les Kay Bèlè de sa jeunesse. Après un incident qui l’écarte définitivement des rondes de damyé au début des années soixante, son tambour se tait pendant environ dix ans. En 1972, à la demande Pierre Chonquet, il rejoint le groupe folklorique de Mme Renard à la Maison des Jeunes et de la Culture du Marigot. Là, il fait la connaissance d’Eugène Mona qui, en 1976, lui propose d’intégrer son orchestre. Paul Rastocle y devient tanbouyé officiel jusqu’au décès de Mona en 1991. Au milieu des années 1990, il recommence à se produire avec son frère Benoît. Bien qu’ils ne se soient rattachés à aucun groupe, le duo joue souvent avec Flanm Difé et avec Kazinel. Désireux de faire connaître, comprendre et aimer le bèlè, Paul Rastocle collabore aux manifestations, rencontres et tournées organisées par la Maison du Bèlè depuis 2004. Il a ainsi contribué au succès des échanges avec le Brésil, la Réunion, le Sénégal ou encore Haïti, qu’ils aient lieu à la Martinique ou à l’étranger. On peut également l’entendre sur de nombreux enregistrements parmi lesquels les CD «Frères Rastocle» et bien sûr, les productions de la Maison du Bèlè.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.