Bèlè Mundo – Edition 2006

Publié le 20 mars 2008 dans Bèlè Mundo 2006

FLYER15X-belemundo2006-1AUTOCRITIQUE
« Plutôt très bien »
Difficile de s’adresser un satisfecit mais les retours d’informations, la presse et le public nous ont permis de réaliser que notre travail a été apprécié.Globalement, une programmation de qualité, sans annulation et sans retard, des conditions techniques excellentes, une communication particulièrement intense, telles sont les bonnes appréciations qui nous ont été transmises. Il conviendra cependant d’ouvrir la programmation à une cible plus jeune.
« Bien »
Les partenaires privés et institutionnels ont été présents, ce qui n’est jamais une évidence pour une première édition. Même si les montants sont à nos yeux insuffisants, la présence à nos côtés de la Mairie de Sainte Marie et de celle du Diamant, du Conseil Régional, de l’ADAMI, du Ministère de la Culture, du Conseil Général, des Rhums Depaz, d’Air Caraïbes et de Toyota, est déjà importante et encourageante pour l’avenir.La bonne fréquentation des spectacles à Sainte Marie démontre que si le spectacle est bon, le public se déplace dans le Nord Atlantique. Si les Samaritains ont répondu à l’appel, les spectateurs sont venus de Fort de France, du Robert, et même du Marin ou du Prêcheur. La programmation a aussi attiré des vacanciers de la Métropole.
« Peut mieux faire ! »
Comme nous l’avions supposé, le nombre de communes associées au projet est insuffisant. Même si pour une première année, la présence de Fort de France, de Saint Pierre et du Diamant aux côtés de Sainte Marie, est tout à fait appréciable, nous n’avons pas pu répondre aux souhaits d’autres communes désireuses de s’associer au projet.
La fréquentation a été de 17% inférieure à celle espérée. Cette différence est parfaitement acceptable. La prudence du public pour une manifestation nouvelle se produit fréquemment. Il faut environ trois éditions pour que le public se l’approprie.
Le fait le plus marquant est la meilleure fréquentation pour les concerts tendance « bèlè » au détriment des têtes d’affiche internationales, Raul Paz et Juan Carmona, exception faite pour Richard Bona. Tout comme nous pensions que les concerts à Fort de France mobiliseraient logiquement un plus large public. Ce qui ne fut pas le cas. C’est un encouragement supplémentaire qui plaide en la faveur de l’élargissement à un plus grand nombre de communes.
Enfin, si la communication fut particulièrement intense, il a subsisté quelques incompréhensions entre les dates des concerts et les artistes programmés.

Une réponse à Bèlè Mundo – Edition 2006

  1. EGARNES dit :

    JE TROUVE SES DIFFÉRENTS BIOGRAPHIES TRÈS ENRICHISSANTES. AINSI NOUS CONNAISSONS LES INVESTIGATEURS DE CE PATRIMOINE POUR LES DESCENDANTS FUTUR DE LA MARTINIQUE. C EST UN SAVOIR POUR LE MONDE ENTIER J EN SUIS CONSCIENTE.MERCI AUX RESPONSABLES DES BIOGRAPHIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.