Paul RASTOCLE est né à Sainte-Marie en 1932. Très tôt, il s’intéresse au bèlè, au tambour plus particulièrement. Il le découvre, encore enfant, chez la mère de Ti Emile. A cette époque, le tambour était omniprésent : à Noël, il accompagnait le transport des gommiers du Lorrain à Sainte-Marie ; il rythmait aussi les coups de main, à condition qu’il y ait une calebasse d’eau et une bouteille de rhum.

Les soirées bèlè étaient interdites aux enfants, car jugées dangereuses (lors des  » danmyé « , l’un des combattants était parfois tué). Il s’y rendait alors en cachette. Lorsqu’il partait à la source chercher de l’eau avec son frère Benoît, il tapait sur les  » bombes  » qui lui servaient de tambour.

A l’âge de 21 ans, il avait l’autorisation de sortir aux soirées qui se tenaient dans les campagnes samaritaines. Là, il obtenait parfois la permission de jouer, quand les plus vieux voulaient bien. C’est en observant les anciens qu’il a appris à maîtriser cet instrument. Tous les quinze jours, le samedi, une soirée était organisée, de Reculée au Pérou, en passant par Bezaudin, Pain de Sucre…

A 29 ans, il assiste à un danmyé qui le perturbera pour plusieurs années. Le vainqueur ayant tué son adversaire, le frère de ce dernier, furieux, blessa le vainqueur d’un coup de rasoir. Paul, témoin de l’accident fut prié de quitter les lieux rapidement, et resta des années sans retourner à ces soirées : le danger était réel.

C’est Pierre CHONQUET, ce chanteur de Pain-de-Sucre qui révélera Paul RASTOCLE. Il l’invite à faire partie du groupe de Mme RENARD en 1972. Après six mois de répétition, le groupe part en tournée à la Barbade. Son répertoire : biguine, mazurka.

En 1976, lorsqu’Eugène MONA crée son groupe, Paul est invité à le rejoindre. Il restera 12 ans avec lui. Ainsi, il partira en France deux fois, en Guyane, en Guadeloupe, en Jamaïque.

Après la mort de MONA en 1992, le groupe  » Héritage  » est formé avec Max NELICAM (fils de MONA) et des musiciens de l’ancien groupe. Il existe encore aujourd’hui.

Paul RASTOCLE est aussi convié à participer au groupe Bel’ Allians de Ciméline RANGON. Son épouse est répondè, Etienne JEAN-BAPTISTE au tambour avec Paul, Félix CEBAREC est au chant. Après la séparation du groupe, Paul crée l’association Flanm Difé avec son frère Benoît (chant), son épouse Marianne (répondè), l’épouse de Benoît, Marie (répondè), entre autres. Le groupe cesse d’exister quand les danseurs et danseuses décident de rejoindre un groupe de jeunes. Il se produisait dans les hôtels, écoles, à la fête de Sainte-Marie.

Aujourd’hui, Paul répond aux invitations de participer à des CD. Il se déplace toujours avec son frère Benoît et leurs épouses, et  » les frères RASTOCLE  » sont invités à toutes les  » swaré bèlè « .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.