Née à Sainte-Marie en 1925, Ciméline RANGON commence à travailler très jeune : à l’âge de treize ans, elle rejoint les  » ti-bandes  » – enfants travaillant dans les champs -, puis elle rejoint l’habitation Union appartenant aujourd’hui aux rhums Saint-James, et une année durant, l’habitation Depaz à Saint-Pierre. Amareuse et coupeuse de cannes, elle est considérée comme étant une des ouvrières les plus performantes jusqu’à ce qu’un accident l’éloigne des champs.

Son amour pour le chant l’a soutenue pendant toutes ces années de dur labeur. Dès l’âge de douze ans en effet, elle fréquente les soirées bèlè car sa mère, madame DULINE, possède une Case Bèlè au quartier Bezaudin où toute la famille réside. Par la suite, elle animera ces mêmes soirées.

Ciméline a été membre de l’association Bel Allians’ qui a enregistré un disque en 1993. Elle a aussi été gardienne de la tradition dans la compagnie TRASS’LA créée par Sonia MARC (La Sosso).

Malheureusement, Ciméline RANGON est aujourd’hui atteinte de la maladie d’Alzheimer et ne chante plus.

Elle a eu un fils Man (avec Stéphane CEBAREC), chanteur et musicien. Sa belle-soeur était Clémence CEBAREC, considérée de son vivant comme la Reine du Bèlè.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.